Ufo-logic Index du Forum

Ufo-logic
Forum d'étude pragmatique du phénomène OVNI, des météorites et d'autres phénomènes insolites

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE…

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Ufo-logic Index du Forum -> LES CAS UFOLOGIQUES -> AUTRES CAS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
marius
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2005
Messages: 2 588
Localisation: vosges

MessagePosté le: 15/06/2008 13:01:19    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

Bonjour, j'avais promis de publier de temps à autre une enquête réalisée soit par moi-même en solo soit avec l'aide d'autres enquêteurs ufologiques. Je vous propose donc un nouveau texte, plus exactement un digest, d'une très longue enquête sur un cas...Mais lisez donc ! Wink

LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU
LEGENDE SOUCOUPIQUE…


Etrange histoire en réalité, qu’est celle que je vais vous narrer maintenant. On a l’habitude de dire que tout vient à point à celui qui sait attendre, et on me qualifie de « testard » lorsqu’un mystère me tient..
J’avoue avec humilité cette dernière vérité !
Lorsque j’ai appris les premiers éléments de cette affaire, je ne pensais tout de même pas qu’il me faudrait tant d’années pour aboutir aux résultats que nous vous livrerons en fin de texte.

Tout commence en 1978, par un banal jour d’été…


Apparition d’un mystère …

J’avais rendez-vous avec un témoin d’une observation insolite à Toulon. Ce dernier me raconta qu’il avait observé la semaine d’avant une curieuse boule lumineuse d’un jaune orangé, striée de bandes sombres et de la grosseur approximative de la lune. Témoignage classique s’il en est, et dans lequel je reconnus la Lune elle-même que des bandes de nuages traversaient…
Si mon témoin accepta avec quelques réticences mes explications, il me donna néanmoins le nom d’un de ses amis de passage ayant observé lui, un bien curieux phénomène près de l’observatoire Antarès (la Seyne/mer) quelques temps auparavant. Et c’est à ce moment là, qu’il me conta une bien curieuse histoire concernant un atterrissage probable à Bandol dans le milieu des années cinquante.
Ses souvenirs sont très limités vu son très jeune âge à cette époque. Ils consistent essentiellement dans les détails suivants : Un objet lumineux se serait posé près d’un bois à proximité de Bandol, des policiers auraient gardé les lieux dans l’attente d’officiels. Le témoin aurait été une femme qu’il qualifie de « sorcière ». L’affaire fit grand bruit à cette époque et dans toute la région immédiate.
Voilà donc les premiers éléments recueillis selon les souvenirs de ce témoin particulier. Notons au passage que ces détails proviennent plus de discussions entendues entre divers personnages de l’époque que d’une véritable constatation de quoi que se soit !

Je notai donc cette info pour d’éventuelles recherches. Dans les archives du journal local d’alors, je n’y trouvai absolument aucune trace, sur une période couvrant 1952 à 1956.
En revanche, dans l’ouvrage de Jacques Vallée « Chronique » en page 284, existe une affaire similaire (peut-être la même ?) ayant eu lieu le 16 octobre 1954, heure inconnue. De nombreux témoins virent un objet posé dans un champ. Il parut phosphorescent et de grande taille. Il s’envola subitement…
Est-ce ce cas que mon témoin relate brièvement ? Un cas identique ? Une plaisanterie de l’époque ? Je ne retrouve nulle trace d’autres détails de cette affaire, et notamment la présence de policiers sur les lieux attendant des « officiels ». Serait-il possible qu’à cette époque aucun ufologue n’ait été au courant de ce fait bien singulier ?

Je continue donc mes recherches dans les Archives et retrouve trace d’un soit disant atterrissage d’un objet prés de…Hyères cette fois. Une photo illustre l’article d’alors. Voici en bref les faits et sa conclusion :
16 octobre 1954. Hyères (chemin long). Deux témoins Toulonnais affirment avoir assisté à l’atterrissage d’un objet en forme de « soucoupe ». Près de l’engin un être vêtu d’un scaphandre leur parla en français ( !). Des traces d’herbe brûlée seront alors retrouvées à l’endroit précis de l’atterrissage.
Dans cet article une photo avec cette légende : « Les officiels sur les lieux ». Nous la reproduisons page suivante pour info et illustration.



Bien entendu cette affaire n’est qu’un canular, un des deux témoins sera même poursuivi pour « grivèleries » !
(Source VMR des 17 et 18 octobre 1954. Radar du 31 octobre 1954 ; La Marseillaise du 18 octobre 1954 etc…).
Vous pouvez prendre connaissance de cette affaire ici-même :
http://francine.cordier.club.fr/pages/pagevague1954.htm

Est-ce de cela que me parle mon témoin ? Milieu des années cinquante, 54 correspond bien !
Des officiels sur les lieux ? La photo démontre un bon souvenir. Les lieux ? Non, cela ne cadre pas, puisque, revu deux mois après, il me confirmera que l’affaire en question n’avait eu comme témoin qu’une femme, et que c’était prés de Bandol ou St Cyr…
Me revoilà au point de départ…

Le temps passe…J’avais presque oublié cette histoire lorsque, au court d’une autre enquête, une vieille dame me reparle d’un curieux phénomène ayant eu lieu dans les années cinquante…
Il s’agit d’une rencontre avec des humanoïdes à la suite d’un atterrissage…Les lieux : environ de St Cyr…On y revient et cela m’agace…

Je dus attendre Décembre 1979 pour recevoir une curieuse information, mais cette fois de bon aloi…Cette nouvelle péripétie de cette étrange histoire surgit d’un hasard, comme seul les ufologues aiment les voir. Quelques temps auparavant je devais travailler dans un théâtre en tant que photographe d’occasion. Une pièce de marionnettes devant se jouer en salle G.Apollinaire à la Seyne/Mer avec deux artistes réputés de la région. Un journaliste de Var Matin me trouvant là, à donner et un coup de main (bénévole) et à prendre des photos de différentes scènes de la comédie, me demanda de lui fournir quelques clichés pour illustrer un article futur. Avec joie je m’exécutais, recevant en échange la possibilité d’utiliser les colonnes dudit journal pour d’éventuels appels à témoins. En outre, les deux artistes m’avaient expressément demandé de réaliser des photos N et B afin d’en sélectionner quelques unes pour de futures affiches annonçant leurs spectacles au quatre coins du var. Là, je devais rencontrer un homme d’une trentaine d’année, chargé du montage des décors. Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, et entendant parler de ma passion pour les Ovni au journaliste, nous fîmes connaissance et de fil en aiguille nous sympathisâmes. Les travaux achevés, mes photos prises et sélectionnées, nous nous revîmes…Un jour C… m’apprit que son père, ancien policier, venait d’apercevoir un « truc » curieux dans le ciel Seynois. Je ne me doutais pas de l’importance de ce qui allait suivre…

à suivre...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je suis tellement sceptique que je doute de moi et toc !
A VOCE RIVOLTA
Dit Monsieur 5% (+ ou -)

Dernière édition par marius le 15/06/2008 13:21:13; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 15/06/2008 13:01:19    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
marius
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2005
Messages: 2 588
Localisation: vosges

MessagePosté le: 15/06/2008 13:03:18    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

Le mystère s’épaissit …

Je me permets ici, d’insérer l’ensemble des données, afin de finaliser le titre premier de ce texte : à savoir « les aléas d’une enquête ». Voici les faits :
C… père n’est guère du genre bavard. Il aime se retrancher derrière des impératifs plus ou moins militaires pour appuyer sa conviction « qu’il faut conserver le secret » !
C’est donc avec une certaine réticence qu’il finit par me narrer son observation et curieusement et à la surprise de son fils, il nous raconta une histoire vieille de plusieurs années :

C’est donc le O9 décembre 1979 qu’il nous relata que dès les années 55/56 à Bandol, alors qu’il habitait un appartement situé au quatrième étage et dominant la baie de Bandol, il aperçut de curieux disques lumineux. Des bruits couraient depuis quelques temps que des observations de « soucoupes volantes » étaient faites de ci et de là.
Soudain, de sa fenêtre, il entend des gosses dans la rue s’écriant : « Des soucoupes volantes… »…Intrigué il constate venant de l’ouest et se dirigeant vers le nord, la présence dans le ciel à assez basse altitude et juste au-dessus de l’île de Bendor, trois disques en forme de soucoupes très brillantes.
Elles stationnèrent là, au-dessus de l’île, puis, d’un coup, elles partiront en s’infléchissant vers la pointe de Sanary pour revenir, toujours par l’ouest, horizontalement et rapidement.
A une vitesse folle qu’il qualifia d’incalculable, elles s’élèveront ensuite vers le ciel et le manège se répéta à plusieurs reprises. Une véritable danse…
Elles avaient une couleur vert bleu et possédaient une forme de soucoupes, nous répéta-t-il à nombre de reprises.
Au bout d’un certain temps, elles partiront de l’ouest vers le sud-ouest (Sanary) pour disparaître en s’élevant à grande vitesse.
Par la suite, il entendit que ces mêmes soucoupes seraient revenues et que le scénario se serait reproduit durant près d’un mois. Mais notre témoin (âgé de 75 ans au moment de l’enquête) nous confirmera ne les avoir observées qu’une seule et unique fois en ce qui le concerne.
Il nous précise enfin, qu’il y aurait eu des centaines de témoins.

Nous n’en serons pas plus ! Pour C…père cela doit être suffisant !
Dans l’inévitable discussion qui s’ensuivit, nous réussissons cependant à mieux comprendre certaine chose.
D’une part, lorsque C… nous dit que le phénomène se reproduisit durant près d’un mois, il fait allusion à la présence de disques similaires un peu partout dans la région à cette époque là.
D’autre part, en parlant de centaines de témoins, cette allusion a pour vertu, l’explication sus citée. Enfin lorsqu’il parle du témoin mort, il veut dire qu’il est mort peu après et non de la suite de cette observation bien entendu…
En revanche, impossible de savoir le nombre de « soucoupes » qu’il affirme avoir observées. Et encore moins le temps que cela dura. Son fils nous dira bien plus tard, qu’il s’agissait de trois engins, sur ce qu’il crut comprendre…
C… père nous parla avec plus de détail de son observation du 05 décembre 1979. Mais nous ne nous y étendrons pas ici.
Ce qui est nettement plus intéressant dans cette affaire, c’est que C… semble considérer que les affaires d’observation des années cinquante se doivent d’être sous le secret. Il expliqua cela de part sa profession (policier – rappel) et qu’il eut l’occasion à plusieurs reprises durant ces années 54/56 et même 57 d’enquêter sur des affaires d’objets bizarres.
Là, mes oreilles se dressèrent comme un seul homme et mon magnéto surchauffa…
En fin de discussions et après un bon café que j’acceptais plus pour rester que pour être aimable (je l’avoue) il annonça : « J’effectuais mon service à Bandol, avant une affaire à St Cyr. Un propriétaire d’un bien au lieu dit « Poutier » de Bandol, vers St Cyr, derrière Bandol, au Bois Maurin a signalé la chose. Une constatation de la Gendarmerie de St Cyr a été faite. Le terrain n’était pas brûlé mais grillé.. Des arbustes tordus. C’est tout…Allez savoir…La témoin est morte. Il s’agissait d’une femme, magnétiseuse et elle habitait Rue Voltaire à Bandol… » .
Il assista à l’enquête des lieux car il devait garder l’endroit à l’abri des curieux. Il vit comme « des officiels » sur le terrain (des huiles de là-haut – sic). Je sus enfin que la femme en question était surnommée « Thérésina »…

Je tenais enfin une information digne de foi et d’intérêt. Mais il me restait encore beaucoup de travail. De par son témoignage et par recoupements, j’en déduisis que cette affaire datait d’avant sa première observation, soit 1954 ou 1955. Cela cadre avec les informations dénichées dans le livre de Vallée…Du moins le pensais-je…
Restait à me rendre sur les lieux, avec les précieux indices et, si la chance voulait encore daigner m’accorder un soupçon d’aide …
A contrario, il me manquait un élément, la présence d’humanoïde signalé par cette vieille dame…Je sais que, par expérience, lorsqu’un événement se retrouve transmis de bouche à oreille, il alimente une rumeur encore plus folle. Mais, honnêtement, pouvais-je alors soupçonner que pour une fois, tout allait concorder ?

à suivre...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je suis tellement sceptique que je doute de moi et toc !
A VOCE RIVOLTA
Dit Monsieur 5% (+ ou -)
Revenir en haut
marius
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2005
Messages: 2 588
Localisation: vosges

MessagePosté le: 15/06/2008 13:07:10    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

Désillusion…

Sur Bandol ou St Cyr je ne dénichai rien de particulier. Certes, certaines personnes âgées se souvenait d’une certaine « magnétiseuse », surnommé la « sorcière », mais personne ne se rappelant d’une quelconque affaire d’atterrissage.
Sur les lieux supposés, existent aujourd’hui nombre de villas. Impossible en conséquence de se faire une véritable idée du terrain. Mon enquête allait t-elle finir ici ?
C’est effectivement ce qui arriva pendant près de dix mois. Je n’avais finalement obtenu qu’une confirmation : l’existence d’une femme et d’un événement ayant au moins marqué les esprits de quelques vieilles personnes…
Je classai alors sans suite cette curieuse affaire, comme étant un canular probable et ce, malgré le témoignage de C…qui ne pouvait en dire plus, étant décédé entre temps…
De plus, un enquêteur résidant à Toulon me confirma que l’affaire de St Cyr en 1954 était probablement un canular. Source ? Mystère…

Rebondissement…

J’en étais là en cette fin d’année 1980 lorsqu’au cours d’une énième enquête, une charmante dame me reparle d’une curieuse affaire ayant pour cadre Bandol dans les années cinquante.
Selon ses souvenirs, une rumeur attestait d’un atterrissage et contact avec deux humanoïdes…
Elle effectuait à cette époque des ménages chez quelques personnes de Bandol. Elle se souvient que les gens en rigolaient beaucoup, surtout lorsqu’ils voyaient passer le témoin, une femme d’un certain âge qu’ils nommaient « la folle » !
Cette dernière aurait assisté à un atterrissage d’un engin de forme « soucoupe » entre Bandol et St Cyr. Depuis, on l’a surnomma ainsi puisqu’elle avait vu des extraterrestres.
En revanche, chose curieuse, notre témoin nota à diverses reprises que nombre d’enfants l’entouraient souvent, voir la suivait même en forêt sans que les parents ne s’inquiètent pour autant…
« On m’a expliqué alors qu’elle était bonne « professeur » pour la forêt… » !!!
Elle ajouta aussi une petite phrase qui allait (enfin) me permettre d’en savoir plus dans cet imbroglio : « Quelques temps après les gens ne rigolèrent plus, un monsieur aurait trouvé des traces dans son champ… ». Voilà qui semble confirmer les dires de notre ancien policier, Mr C…
Ce témoin, une dame de Sanary, une personne d’âge respectable (78 ans alors) me demanda surtout de ne point révéler son nom, de peur « qu’on me prenne pour une folle »…(selon sa propre citation).
Dès lors nous en revenions à notre point de départ, d’autant qu’elle situe vaguement cette affaire « vers le milieu des années cinquante ».
Réfléchissons un peu, Début 50 englobe en gros la période 50/53. Le milieu doit se trouver vers 54/57 et fin 5O vers 57/59. C… nous affirmant que son observation de Bandol eut lieu vers 55 ou 56, nous pouvons retenir deux dates : 54 et 57, soit deux années particulières pour nos chères « soucoupes volantes ».
Or, toujours en tenant compte du témoignage de notre ex-policier, cette affaire de St Cyr – Bandol eut lieu après son observation.(sous réserves de ses souvenirs), n’indique-t-il pas avoir eu à faire à des histoires de « soucoupes », notamment en 57 ?
Bien entendu, nous aurions aimé en savoir plus sur le canular de St Cyr, (54) dont nous parle cet ufologue toulonnais. Les seules traces retrouvées à ce jour figurent de manière trop laconique dans l’ouvrage de J.Vallée…
Comme une information ne vaut rien sans contrôle, enregistrons une fois de plus les faits et gardons les en mémoire.

Une autre personne me dira succinctement, que cette affaire de Thérésina ou Thérésa, il ne se rappelle plus eut lieu dans les années cinquante, vers la fin et que sa mère, alors qu’elle lisait le journal et qui connaissait le témoin à l’époque pour avoir été soignée par elle (guérisseuse – rappel) s’était écriée un jour alors qu’il était encore bien jeune : « Ils ont trouvé un morceau de soucoupe, et si Thérésa (ou Thérésina) avait bien vu quelque chose ? ». Une phrase du même genre du moins. C’est tout ce dont il se rappelle, mais il pense à un canular.

Recherches dans le néant…

Les rumeurs ont la peau dure, nous le savons ! Il suffit d’un événement plus ou moins étrange, une sorte de silence, de moquerie, d’allusion plus ou moins déformée pour qu’elle enfle. Ajoutons une atmosphère particulière (54 ou 57) et ce phénomène banal au départ, non vérifié à l’époque, prend une proportion où toute une gangue se superpose et masque l’origine des faits. Le temps ne faisait rien à l’affaire, chacun ajoutant ou interprétant à sa manière le cas, et nous obtenons notre affaire.
Même sur les lieux personne ne se rappelle des faits ! C’est toujours au hasard que nous obtenons ce type de renseignements, simples et courts. Tous émettent une certaine prudence, parle de rumeurs, sauf cette agréable dame de Sanary et ce policier C…
Ce dernier devait très certainement en savoir plus, mais son refus net et catégorique nous empêche d’aller plus loin. Reste une hypothétique recherche dans le …néant.
Voilà par dessus le marché un autre mystère, un morceau de soucoupe…Parle-t-on ici d’un morceau de B.S. ? Ce qui expliqueraient beaucoup de choses et rendrait caduque les rumeurs entourant cette histoire…

Une ultime, en fonction des faits recueillis jusqu’à présent, vérification se devait d’être faite !
On nous parle d’un morceau de « soucoupe », les journaux doivent au moins en avoir parlé non ? N’est-ce pas l’information citée plus haut ?
Or, encore une fois, j’ai un vague souvenir d’une histoire de ce genre. C’est VMR qui allait éclairer une lanterne bien pâle jusqu’à présent. Dans un article datant du 26 avril 1957 ! Ce journal revient sur une affaire qui fit grand bruit dans le Var et à travers toute la France. Le 17 avril un objet insolite sera observé prés de Vins (Brignoles) à proximité du sol. Il est probable, contrairement aux affirmations de Jimmy Guieu, qu’un hélicoptère soit à l’origine de ce phénomène, puisque le journal indique dès le lendemain, sa présence sur les lieux. Mais qu’importe pour le moment. Le 26 avril donc, ce même journal affirme, photo à l’appui, que la Vicomtesse de Noailles aurait trouvé un morceau de métal inconnu. Nous reproduisons ci-après cette photographie…Notons que J.Guieu ne mentionnera jamais cela, alors que manifestement il s’agissait d’un élément important (à l’époque). Faut-il en déduire que conscient de son erreur, il préféra ne point en rajouter ???(*)



Voilà qui re situe notre affaire ! Nous pouvons à ce stade affirmer sans grand risque d’erreur que notre fameuse affaire de St Cyr-Bandol eut lieu courant 1956, puisqu’un témoin nous affirme « fin cinquante », ou alors au début 1957, puisqu’il se souvient que sa mère s’était écriée : « Ils ont trouvé un morceau de soucoupe »…Et que manifestement, baignant dans l’ambiance particulière de cet époque dite de « vagues », elle y trouva une « preuve » plus ou moins directe de l’aventure de Thérésa (ou Thérésina)….
Ce qui cadre encore une fois avec les affirmations de C…que nous avons vues dès le début de ce texte.
Exit le « canular » de 1954, nous sommes bien en 1956 ou début 1957…

à suivre...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je suis tellement sceptique que je doute de moi et toc !
A VOCE RIVOLTA
Dit Monsieur 5% (+ ou -)


Dernière édition par marius le 15/06/2008 13:15:40; édité 1 fois
Revenir en haut
marius
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2005
Messages: 2 588
Localisation: vosges

MessagePosté le: 15/06/2008 13:13:54    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

Derniers éléments.

Courant 1981, je devais apprendre par une tiers personne, pêcheur comme moi, qu’un de ses amis avait résidé dans son enfance à Bandol, au Bois Morin très exactement. Il ajouta avec un sourire entendu : « Peut-être en sait-il plus sur tes extraterrestres… ». Il faut dire que ce St Pierre à la gaule agile, aimait particulièrement me mettre en boite !. Il avait appris via les journaux que je m’intéressais aux Ovnis’ et lorsque le poisson refusait obstinément nos appâts, il s’amusait à passer le temps à mes dépends…
Je rencontrais donc ce sieur, Paul qui, mi amusé, mi sérieux me confirma qu’il avait bien habité dans sa jeunesse ce secteur de Bandol. Quant à savoir s’il savait quelque chose…

Je dus attendre quelques semaines pour qu’il consente à me parler d’un épisode curieux de son enfance. Il ne me demanda pas de le croire, pour lui, cette affaire est vraie et pour cause…Laissons lui un instant la plume :

« C’était au bois Morin, à Bandol, proche de la route menant à St Cyr. Maintenant ils ont construit des immeubles à cet endroit. Ma mère m’a pris pour un fou à cette époque.
Donc, j’ai vu deux boules lumineuses, comme des météorites qui ont atterri puis re-décollé…
-Tu les as vus atterrir ?
-Bon, attends ! Je m’explique. Je montais dans le bois Morin. Il y a un petit chemin là. Thérésina était là, au bout du chemin, dans une petite clairière. Donc, au juste, j’ai vu les boules descendre vers le sol et je suppose qu’elles ont atterri. Le chemin monte légèrement.
Je vis donc comme des boules lumineuses d’une teinte très éclairante, un peu semblable à l’aspect d’une boule de feu avec une très courte queue ou traînée à l’arrière. Les deux sphères descendaient rapidement et verticalement vers le sol. L’aspect le plus curieux c’est que ces sphères ressemblaient à des gouttes d’eau…
-Tu peux les dessiner ?
-(Il s’exécute et poursuit sa narration) .Je montais donc ce petit chemin, Thérésina allait toujours là pour ramasser des herbes, des asperges, elle ramassait tout ça à cette époque.



Avant d’arriver à elle, j’étais à environ 5OO mètres de là, et j’ai vu ces deux trucs tomber très vite en une fraction de secondes. J’étais intrigué, ça avait la grosseur d’un bouton de gros manteau, tu sais ?
Bon, j’ai couru et je suis arrivé à la première lisière du bois, mais j’ai rien vu, j’ai cherché, j’ai rien trouvé. Je me suis enfoncé dans le bois et j’ai vu Thérésina en compagnie de deux nains.
Je les voyais de dos, ils avaient des cheveux noirs, ils étaient petits et frêles. Thérésina était plus grande qu’eux.
-De quelle taille ?
-Elle dépassait les êtres des épaules tu vois. Les êtres lui arrivaient aux épaules. Thérésina devait faire environ 1,7O m, donc je pense à 1,30 ou 1,40 pour les êtres, guère plus.
-Comment étaient-ils habillés ?
-Ils ne portaient pas de costumes, une espèce de pull, puis une sorte de veste noire. C’est tout ce dont je me souviens. Même les jambes je ne m’en souviens plus.
-Ils paraissaient « humain » ?
-Oui, parfaitement. C’est ça qui m’a surpris. Les êtres parlaient avec Thérésina, mais je n’entendais rien. J’étais là quand ça s’est passé.
-Tu étais caché ?
-Non, j’étais sur le petit chemin. Et ça parlait beaucoup. C’était quelque chose de profond certainement. Après, ces types sont partis. Mais je ne les ai pas vu partir. C’est ce qui m’a surpris.
-Les boules étaient au sol ?
-Non, je n’ai pas vu les boules.
-Comment cela ?
-J’ai vu les boules arriver, j’ai couru voir ce que c’était et là j’ai vu les êtres, mais pas les boules.
-Bien, et comment ont disparu les êtres ?
-Comme ça ! Je ne les ai pas vu disparaître. Puis Thérésina m’a aperçu, elle avait un panier qu’elle posa à terre et elle est venue vers moi. Nous avons parlé, pas des boules ni des êtres, de la kermesse du curé. Puis elle m’a dit de partir, j’ai obéi et là, je me suis caché. Thérésina est partie en direction du Pont des Maures pour rentrer chez elle. C’est à un kilomètre à peu près, à travers bois.
Je suis revenu à l’endroit où j’avais vu les êtres parler avec elle. Des pissenlits et des herbes gisaient au sol. Et là, j’ai revu très rapidement les deux trucs repartir. Comme des pierres que l’on lance l’une derrière l’autre. C’est tout. Mes parents ont rigolé quand j’ai raconté cela. Ils ne m’ont pas cru…
-C’était quand ?
-Fin 56 ou début 57.Je ne me rappelle plus très bien. J’étais très jeune alors.
-Quel âge ?
-9 ou 10 ans.

Je n’en saurai pas plus. Je ne revis plus Paul qui m’avait pourtant promis de me tenir au courant si d’autres détails devaient lui revenir. Je ne sais que penser de tout cela. Une chose est sure, la rumeur a bien colporté quelque chose de véridique. Quoi ? Je doute fortement qu’il s’agisse de « soucoupe ». Sans aucune autre vérification du même style, impossible de se prononcer. En revanche, si nous tenons vraiment à y voir clair, nous pouvons tenter de résoudre, à notre manière et avec les imperfections inévitables que cela comporte, cette histoire…

Et la lumière vint …

Reprenons l’ensemble. La lumière vive que cache notre rumeur, ne semble finalement accoucher que d’une bougie, et encore, bien pâle ! Depuis le début de toute cette histoire, il nous est apparu étrange sinon singulier, qu’en pleine « époque » des « soucoupes volantes » aucun article de presse ne mentionne un tel cas. Connaissant la promptitude des journalistes à l’exploitation d’un fait sensationnel nous restions ici sur un bien grand malaise.
Sauf si…ladite affaire ne s’avère que bien banale dès l’origine et strictement locale. Ce n’est alors qu’après un laps de temps plus ou moins long que la rumeur y trouva l’élément moteur à ses pérégrinations…
A la lumière (la nôtre cette fois!) des quelques notes ci-dessus, voici probablement ce qui se produisit :

Nous sommes fin 1956 ou début 1957 ; Les journaux ont parlé et parleront encore de la présence de disques, soucoupes, cigares et autres vaisselles volantes dans le ciel de France et de Provence.
Notre témoin, Thérésina se trouve comme à son habitude dans la colline, au bois Morin lorsqu’elle entrevoit un phénomène insolite pour elle. Le lendemain, ou dans les jours proches de son observation, un propriétaire de champ, se trouvant entre St Cyr et Bandol découvre des traces étranges. Il alerte la police, dont M C… qui dans l’attente de son chef, gardera l’endroit des traces. Nous trouvons confirmation de ce fait dans sa propre déclaration lorsqu’il fait allusion « aux huiles », ce qui n’implique pas forcément la venue de « grosses têtes » en provenance de Paris, Lyon ou Marseille, mais très certainement de ses supérieurs directs.
Les traces semblent classiques, de l’herbe brûlée !
Doit-on imaginer que ce résultat a été obtenu par l’atterrissage d’un Ovni ? Rien ne le confirme. Mais nous pouvons penser qu’en cette période de l’année (fin 56 ou début 57 et très certainement avant Avril 57 !) de nombreux orages ont éclaté dans la région et pourquoi ne pas envisager la foudre comme responsable des dégâts ?
J’ai moi même constaté les effets de cette foudre un été 1977 à Lunel, en plein mois d’août sous la forme d’une boule lumineuse blanchâtre, très irisée, qui eut pour résultat des traces de brûlures sur son court parcours et même sur deux véhicules situés à proximité ! Dès lors, nous trouvons une explication plausible à la désaffection éventuelle des journalistes et… à l’air peu convaincu de C… lorsqu’il nous dit « Allez savoir… ».
N’oublions pas qu’il est très difficile de retranscrire les déclarations des témoins lorsque ces derniers sous-entendent certaines choses où y mettent des intonations vocales ! D’où l’obligation d’alourdir un texte pour expliquer cela. Le monde des hypothèses est si vaste et ses démons si nombreux que je n’ai voulu ici qu’en extirper le plus simple. Rassurez-vous, je ne suis guère réductionniste à l’extrême, mais un fervent convaincu des explications logiques, ce qui me semble être l’apanage et la quintessence du phénomène…
Que se passa-t-il alors par la suite ?

Fort de ce qui se produisit (à en croire notre ufologue toulonnais) en 1954, un canular nous dit-on, lorsque le quartier apprend que Thérésina (guérisseuse de son état) a observé un phénomène étrange, l’échappatoire bien connu qui consiste à « en rire » s’applique de lui même. Rire ravalé par la suite lorsque l’on apprend que des traces ont été trouvées dans les environs.
Certains se mettent à y croire, d’autres conserveront le doute et lieront les deux faits (qui le sont peut-être ?). La rumeur, toujours prompte à s’en laisser rajouter, transforme le cas Thérésina en contact et un témoin, mélangeant plusieurs faits ensemble, y rajoutera même quelques temps plus tard, le morceau de fer trouvé à Vins qui deviendra alors un morceau de « soucoupe ». Sans aucun doute le jeune Paul a du claironner sa « rencontre » ! Un morceau de puzzle supplémentaire …
Chacun y ajoutera ses formes et ses formulations, afin d’obtenir quelques années plus tard ce que nous venons de lire. Une rumeur « soucoupique » épique est née, obligeant votre serviteur à nombres d’aléas…

Bien me diriez-vous ! Et Paul ?
Je l’avais presque oublié, tant son témoignage est révélateur !
Qu’a t- il vu ? (en toute bonne foi)
Il monte la colline et aperçoit deux bolides de petites tailles avec une traînée courte les suivant. A son âge (9 ou 10 ans) et au courant de l’observation de Thérésina qu’il considère comme l’égale d’un professeur (ne leurs apprend-t-elle pas à reconnaître des herbes, des asperges ou des champignons ?) il fait instinctivement confiance ! Sa mémoire transporte les événements qu’il est en train d’observer et inconsciemment rattache cet événement particulier à l’aventure de la magnétiseuse.
Arrivé à quelques centaines de mètres d’elle, il aperçoit deux autres enfants parlant avec elle, qu’il identifie comme des extraterrestres (des êtres !) alors que manifestement son témoignage est fort clair : Ils sont de petites tailles et portent des habits fort courants.
Impressionné par la scène, ils voient tout ce monde parlant manifestement de choses importantes (d’herbes qu’il retrouvera au sol ?) et n’ose s’aventurer plus loin.
Les enfants repartent à travers la colline et le hasard fait qu’ils se dirigent vers le point d’impact supposé des deux bolides.
Là, s’amusant, les deux enfants jettent quelques pierres que notre témoin entr’aperçoit furtivement et les identifie aux deux bolides repartant.
La boucle est bouclée…

Le seul vrai mystère dans toute cette histoire presque burlesque c’est que nous ne saurons probablement jamais ce qu’a réellement vu Thérésina.
De toute évidence, la chose était de moindre importance (elle n’en parla d’ailleurs jamais à Paul – entre autres) puisque la presse ne s’empressa pas d’en faire une quelconque allusion.

Votre serviteur n’a-t-il pas gaspillé une tranche de temps si précieuse à courir ainsi derrière des chimères ?
N’a-t-il pas sacrifié à l’autel de l’écriture une prose somme toute inutile ?
N’aurait-il pas dû sagement écouter les explications de cet ufologue toulonnais ?
Exit les espoirs fous de cette rumeur qui devait nous mener droit vers Ad Astra !(1)

P SERAY



(Mai 1981)

(1) – Du latin voulant dire « vers les étoiles »…
(*) – J’appris par la suite qu’en fait les anciens numéros de la revue « Ouranos » en parla bel et bien.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je suis tellement sceptique que je doute de moi et toc !
A VOCE RIVOLTA
Dit Monsieur 5% (+ ou -)
Revenir en haut
jere___
Membre distingué
Membre distingué

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 1 226

MessagePosté le: 16/06/2008 12:11:33    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

merci pour cette histoire et bravo pour ton talent d'écrivain

bon en ce qui me concerne je ne suis pas totalement convaincu par ton explication.
Déjà il y a l'absence de bruit d'explosion des bolides. Ensuite il y a le fait que les 2 enfants dispariasse brutalement. Troisièmement ce qui m'étonne le plus c'est pourquoi Paul n'a-t-il pas demandé à Thérésina une explication sur les boules/etres ?
4èmement l'explication incohérente pour le départ des boules: 1- affirmation du "lancer de gadins" totalement gratuite et invérifiée 2- si Paul était assez près pour voir deux caillous (qui ne devait pas etre bien gros pour etre lancés haut), ils aurait du voir les 2 enfants 3- ils aurait aussi du voir les cailloux retomber 4- il aurait du constater la différence flagrante entre le bolide du départ et un caillou. 5- l'hypothèse du bolide est-elle corroborré par une autre source ?
2-3-4- je suis d'accord qu'avec la vitesse il subsiste une chance pour qu'il n'ait pas le temps de différencier, que la trajectoire haute soit masquée par un arbre du coup q'il ne les voit pas retomber. Tu aurais du lui demander des précisions concernant ces "détails" hautement importants par rapport à ton hypothèse.

moi je suis partisan pragmatique des rr4 et le truc qui me choque un peu dans cette hypothèse c'est le coté "Thérésina ambassadrice des ETs"... pour le reste, la description des etres et le reste (atterissage + décollage + trace) est cohérent.
Revenir en haut
marius
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2005
Messages: 2 588
Localisation: vosges

MessagePosté le: 16/06/2008 17:40:44    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE… Répondre en citant

Salut Jere,

Citation:
bon en ce qui me concerne je ne suis pas totalement convaincu par ton explication.


Tentative d’explication serait mieux Jere. Wink

Citation:
Déjà il y a l'absence de bruit d'explosion des bolides.


Nombres de bolides apparaissent et disparaissent sans explosion. C’est même la grande majorité.

Citation:
Ensuite il y a le fait que les 2 enfants disparaisse brutalement.


C’est le récit de Paul, si j’avais put aller plus loin je l’aurais volontiers fait. Hélas je ne revis jamais Paul.Ensuite rien ne nous dit que les enfants ont vraiment disparus brutalement. Un chemin qui tourne et le tour est joué. Wink

Citation:
Troisièmement ce qui m'étonne le plus c'est pourquoi Paul n'a-t-il pas demandé à Thérésina une explication sur les boules/etres ?


A l’époque Paul n’a pas osé lui demander. Son jeune âge (moins de dix ans expliquant cela.)

Citation:
4èmement l'explication incohérente pour le départ des boules: 1- affirmation du "lancer de gadins" totalement gratuite et invérifiée 2- si Paul était assez près pour voir deux caillous (qui ne devait pas etre bien gros pour etre lancés haut), ils aurait du voir les 2 enfants 3- ils aurait aussi du voir les cailloux retomber 4- il aurait du constater la différence flagrante entre le bolide du départ et un caillou.


Incohérente ? Pas plus que celle qui consiste à y voir une « rencontre du 3éme type ! D’ailleurs ils n’étaient que deux (humour). Il s’agit d’une tentative explicative et non d’une explication certaine. En outre le fait que personnes ne viennent confirmer cette ténébreuse histoire, qu’aucun journalistes, aucuns journaux ne la mentionne joue en faveur d’une explication logique et non exotique. N’oublions pas le mélange, les rumeurs etc…

Citation:
5- l'hypothèse du bolide est-elle corroboré par une autre source ?


Sans date précise comment faire converger deux faits ? Donc même si j’avais des infos supplémentaires concernant l’apparition d’un bolide (selon l’angle Paul a put enregistrer deux boules au lieu d’une) je ne garde de fournir cette filiation improbable. Cela dit bien entendu qu'il existe des cas de bolides pour fin 56 et début 57.

Citation:
2-3-4- je suis d'accord qu'avec la vitesse il subsiste une chance pour qu'il n'ait pas le temps de différencier, que la trajectoire haute soit masquée par un arbre du coup q'il ne les voit pas retomber. Tu aurais du lui demander des précisions concernant ces "détails" hautement importants par rapport à ton hypothèse.


Il n’est jamais facile de retracer l’ensemble des données. Ce texte se veut informel en fait. Juste une idée que devrait se faire un lecteur captivé par des histoires de « soucoupes » et autres objets exotiques, qu’il est très difficile de faire une enquête et surtout comme celle-ci.
J'ai donc fait avec ce que j'avais et me suis refusé d'ajouter ou d'ôter quelque chose.

Citation:
moi je suis partisan pragmatique des rr4 et le truc qui me choque un peu dans cette hypothèse c'est le coté "Thérésina ambassadrice des ETs"... pour le reste, la description des etres et le reste (atterissage + décollage + trace) est cohérent.


C’est un point de vue que je respecte mais qui n’est absolument pas mien. Tentons de prouver (tant faire se peu) qu’il existe bien des phénomènes exotiques dans les RR1 voir 2, après nous pourrons envisager les RR3 ou 4 ou 5 etc…

Merci de ta lecture et de tes commentaires.


Marius Allez on trinque !

Tiens si tu aimes l'écriture : http://ufo-logic.xooit.com/t1322-Recreation.htm de quoi devenir fou
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je suis tellement sceptique que je doute de moi et toc !
A VOCE RIVOLTA
Dit Monsieur 5% (+ ou -)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 29/05/2017 02:58:54    Sujet du message: LES ALEAS D’UNE ENQUETE OU LEGENDE SOUCOUPIQUE…

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Ufo-logic Index du Forum -> LES CAS UFOLOGIQUES -> AUTRES CAS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com